Cette maman anti-vaccin a demandé comment empêcher son fils de se faire vacciner à 18 ans et elle s’est fait clouer le bec dans les commentaires


Ethan Lindenberger, un adolescent de l’Ohio, a fait les manchettes ce mois-ci en tant qu’un des témoins qui ont témoigné devant le Comité sur la santé, l’éducation, le travail et les retraites du Sénat des États-Unis, plaidant le besoin de vaccins, quand l’histoire de sa mère anti-vaccin a fait des vagues sur Internet.

Lindenberger a d’abord publié sur Reddit un message à propos de sa mère pour demander s’il pouvait se faire vacciner sans le consentement de ses parents. Inutile de dire que les gens ont été irrités par la question et l’ont utilisée pour souligner la désinformation et les méfaits du mouvement anti-vaccin.

Eh bien, la mère de Lindenberger n’est pas seule. Une femme s’est tournée vers Internet pour obtenir des conseils sur les vaccins, mais contrairement à l’adolescent de l’Ohio, cette mère anti-vaccin cherchait des moyens d’empêcher son fils d’être immunisé une fois âgé de 18 ans.



Afin d’essayer d’écraser les personnes anti-vaccin comme celle-ci, Facebook a décidé de ne plus autoriser les publicités contenant de fausses informations sur les vaccins et d’éliminer certaines options de ciblage telles que les « controverses concernant les vaccins ».

La propagande anti-vaccin a eu une telle influence que les épidémies de rougeole se sont multipliées dans le monde entier. L’Organisation mondiale de la santé considère le mouvement anti-vaccin comme l’une des principales menaces à la santé mondiale pour 2019.

Le canular le plus répandu et le plus réfuté à propos des vaccins prétend qu’il existe un lien entre le vaccin contre la rougeole et l’autisme. Facebook n’est pas la seule plate-forme à s’attaquer à ce problème. En 2017, Pinterest a explicitement interdit la « promotion des faux traitements pour les maladies terminales ou chroniques et des conseils anti-vaccin ».